Salut. Je m’appelle Cindy et j’ai 19 ans. Mon petit ami Johnny a 18 ans. La puberté nous a frappés tous les deux assez fort, j’ai commencé à sourire, il a arrêté d’être si douloureusement stupide. Puis il m’a invitée à sortir. Je mesure 1m75 et il mesure 1m80, donc il est sensiblement plus grand, mais heureusement, il a grandi dans le nez. J’ai échangé la jolie robe rose de mon enfance contre un débardeur rose moulant qui met en valeur mes seins parfaits de 36C et ma mini jupe noire plissée qui couvre à peine mon cul souple. Billy porte toujours un t-shirt rayé et un jean, ainsi qu’une casquette de baseball rouge sur sa vessie orange. Ses cheveux pendent parfois sur son visage, comme si nous étions assis dans notre décapotable noire avec le toit baissé. La circulation est arrêtée et il a les yeux fermés, tout en profitant de la sensation du vent. Ses muscles sont beaux au soleil, mais je me demande s’il s’est endormi. Un sourire espiègle me traverse le visage et je lui attrape la bite à travers son jean. Il halète et ses yeux s’ouvrent, saute et pose ses mains sur les miennes. Elles sont grandes et chaudes et enveloppent complètement mes petites. “C’est pour quoi faire ?” Il demande. Sa voix est plus profonde que ce cri d’enfant qu’il a fait quand il était enfant.

“Je voulais savoir si tu dormais.” J’ai souri innocemment, le sentant s’endurcir sous ma main. Je commence à masser lentement et il lâche un gémissement. Je sens mes cheveux jaunes bouger dans le vent.

“Nous sommes en public.” Il gémit.

“Je sais.” Je réagis avec un peu de pression et de traction. Il gémit et lance la tête en arrière, se mordant la lèvre pour étouffer un autre gémissement. J’étends ma main libre et j’enlève ses mains des miennes. Il me regarde, les yeux obscurcis par la luxure alors que je mets sa main sous ma jupe. Je halète quand il passe son pouce sur mon clito et bouge mes hanches en essayant d’en avoir plus, mais il continue à jouer avec moi. Comme c’est frustrant.

“Johnny.” Je grogne. Il rit mais ne fait rien de plus. J’ai lâché sa main et j’ai forcé mon chemin dans la circulation pour me garer sur l’accotement de la route. J’appuie sur le bouton et le toit s’élève, nous donnant de l’ombre et nous cachant des yeux du public. Il me regarde, sa main sur ma chatte, la mienne sur sa bite. Dès qu’on est au parc, je lui saute dessus, en chevauchant sa taille et en me frottant contre lui. Il gémit fort. J’enlève sa chemise et je traîne mes ongles le long de sa poitrine, sur les pics de ses abdos. Il s’arque dedans. Je passe mes doigts dans ses cheveux et il ferme les yeux et se penche en arrière, me donnant la permission de faire ce que je veux. Je capture ses lèvres dans les miennes, mordant et suçant sa lèvre et faisant tourbillonner nos langues ensemble. Ses mains frottent mes flancs, frottant mes seins contre mes seins pendant que je me frotte contre lui. “Plus.” Je l’exige quand on casse. Il m’obéit en souriant, en tirant mon débardeur au-dessus de ma tête, et en prenant un moment pour me regarder. Puis mon soutien-gorge, il est doux et lent, avant d’attraper mes seins avec chaque main grossièrement. Il les tire et les serre et ça fait mal, mais ça met le feu à ma chatte. Une main se déplace à ma chatte, poussant un doigt dans comme il met mon mamelon dans sa bouche. Il ajoute deux doigts de plus au bout d’un moment, et change de mamelon, m’enfonçant et me retirant à toute allure pendant que je spasme sur lui. Je m’éloigne assez de lui pour enlever ma jupe et il enlève son pantalon et son caleçon.

“Où ?” Il demande. Toujours l’amant accommodant. Comme s’il essayait de se racheter d’avoir été si stupide quand on a grandi ensemble. Je ne réponds pas, je me mets à genoux et je prends son gros pénis dans mes mains. Il sourit, sachant que la meilleure pipe lui arrive, pas de réflexe de bâillon ici. Je souris en retour. Il saisit les accoudoirs pour tenter de se mettre à la terre, alors que je prends la tête dans ma bouche. J’ai l’intention que ce soit lent et tortueux. Je serre la base d’une main pour empêcher l’éjaculation, et il pousse, mais je garde juste la tête dans ma bouche et pas plus. De ma main libre, je commence à pomper le puits en faisant tourbillonner ma langue sur la tête, mais son besoin est plus fort que sa volonté. Il s’empare de l’arrière de ma tête et commence à me baiser la bouche aussi fort et aussi vite qu’il le peut, poussant son chemin dans ma gorge. Je lui masse les couilles, et il me pique la gorge. Il soupire en soulagement mais ne s’adoucit pas encore. J’ai mis mon cul sur sa poitrine, et je l’ai remuée en attendant qu’il m’utilise. Ses mains glissent le long de mes cuisses jusqu’à mes hanches et m’abaissent jusqu’à sa bite, et je l’aligne avec mon trou du cul. Il s’enfonce profondément en moi, et je commence à rebondir en haut et en bas en gémissant de plaisir comme il tend les bras pour me doigter la chatte.

J’ai l’impression d’être empalé, il va si loin dans mon trou du cul. Il grogne et me lèche le cou, me mordille et me laisse des baisers bâclés, la main libre allant vers mes seins. Mais ensuite il s’arrête, et j’ai fait un bruit de détresse totale, je n’ai pas fini. Il me glisse hors de moi, et me pose sur le siège, se déplaçant pour s’accroupir entre mes jambes. Il court un doigt le long de ma chatte en souriant et en me faisant gémir. Je me retourne la tête et je crie d’ennui. Je crois qu’il va me dévorer, je sens sa langue me lécher une fois, mais soudain, il a enfoncé toute sa bite dans ma chatte. Il s’enfonce et s’arrache à une vitesse fulgurante. La force me repousse dans le siège et je crie de plaisir. Je le sens s’endurcir en moi et se tordre et spasmer autour de lui, l’appelant de son nom dans l’extase comme il Cums dans ma chatte. Je souris et nous retourne, je me mets à genoux devant lui, je pousse mes seins ensemble et je mets sa bite entre eux. Ses yeux avaient l’air glacés, tandis que je me balançais sur sa bite, la sentant déjà durcir. Chaque fois qu’il pisse, je lèche la tête. Il saisit les appuis-bras et cum le dernier de sa charge sur ma poitrine et je la ramasse dans ma bouche pendant qu’il regarde.

“On devrait reprendre la route.” Je souris. Je souris.

“On devrait s’habiller.” Il rit.

“Tu es mieux comme ça.” Je dis bouder. Il rit et on s’habille. Il dort le reste du trajet, et je suis content de l’avoir épuisé. Quand on rentrera à la maison, je le ferai se tordre de plaisir et d’agonie.

Leave a comment