Chère Shoeblossom

Maîtresse Spurs est la dominante la plus imaginative que j’aie jamais connue. J’ai été avec divers Maîtres, Maîtresses, Dominas et Déesse à travers l’Europe, l’Arabie Saoudite et ces Etats-Unis, et à l’exception d’un que j’ai rencontré à Gstaad, il n’y en a jamais eu un comme Spurs.

Spurs n’est que d’environ un mètre cinquante, mais elle a des seins amples et des cheveux roux de pompier qu’elle garde dans un chignon séduisant.

L’autre soir, je suis venu lui rendre visite et Spurs m’a dit qu’une camionnette de bar ivre avait pissé sur le sol de la salle de bains et qu’elle voulait que je la nettoie avec ma langue.

Je suis un peu macho, et je m’y suis opposé. J’avais bu sa pisse plus d’une fois, mais l’urine d’un type ? Quelqu’un qu’elle venait de rencontrer et qui l’a baisée il y a 5 ou 6 heures ?

Des éperons m’ont donné un coup de pied dans les noix et m’ont ordonné de me déshabiller et j’ai fini par nettoyer son plancher, le siège de toilette et la baignoire (le bâtard avait pissé partout dans les toilettes) pendant qu’elle me baisait avec un gode attaché.

C’est toujours une image horrible, je léchais le pipi sur mes mains et mes genoux pendant que Spurs bloquait son godemiché dans et hors de mon trou du cul souffrant.

“Tu dois savoir à quel point tu es une petite garce triste, Morehead, m’a dit Spurs quand elle m’a enfoncé un marteau dans le rectum.

“Les mecs comme Trevor sont ceux que je baise et que je suce et si Trev veut laisser ses déchets partout dans ma salle de bain, je sais que j’ai une tapette tapette que je peux faire nettoyer tout ça, non ?”

Tandis que Spurs continuait à grogner sur mon trou béant pendant qu’elle s’enfilait, elle parlait de pisser dans mes Rice Krispies, ou de me laver les cheveux avec son urine. Elle sait combien je suis vaniteux à propos de ma glorieuse serpillière.

Il y a eu des fois où Spurs m’a invité à entrer, et il s’est avéré qu’elle avait quelques gars là-bas (nous sommes près de la base de l’armée de l’air). Les gars ont généralement baisé tous les trous de ma fille en état d’ébriété, puis ils l’ont éjaculé sur tout son corps, et j’ai été obligé de la lécher proprement… et c’est tellement salin.

Spurs me fait payer un joli centime pour ses services, et je ne gagne pas beaucoup d’argent en tant que vérificatrice en chef chez Botwyk & Blowther Amalgamated… mais je peux me permettre d’y venir environ une fois par quelques mois.

Spurs détient la clé de ma ceinture de chasteté et je suis donc pratiquement incommunicado jusqu’à ce que je puisse me permettre de faire une visite.

Et parfois j’embête Spurs et elle refuse de me déverrouiller, même après que je l’ai payée et qu’elle m’a déshabillée et fouettée et m’a fait nettoyer son appartement !

Les femmes, c’est ça ?

Spurs croit que j’ai vraiment besoin de gagner le droit de jouir et les six cents dollars que je lui passe chaque visite est accessoire.

Et bien sûr, elle m’utilise sans vergogne pour utiliser et récurer sa suite, surtout après qu’elle ait eu une fête de baise avec son petit ami.

“Morehead, tu ne peux pas nettoyer des couilles de valeur.” Spurs trouve ça vraiment révoltant, de passer en revue mes maigres efforts pour garder sa place en bon état.

Elle a un truc en cuir tressé de deux pieds et demi appelé Sjambok et il fait environ deux pieds et demi de long et assez épais.

Habituellement, après m’être présentée, l’avoir payée et avoir fait un peu de ménage, Spurs passe en revue mon travail, puis me fait déshabiller et allonger sur ce cheval de charpentier en bois incroyablement inconfortable.

C’est alors qu’elle sort ce petit coup de fouet diabolique.

Après une trentaine d’années avec le sjambok, je pleurais et hurlais à sa grande satisfaction, Spurs sortait sa sangle, celle mentionnée plus tôt dans les jeux de pisse des toilettes, pour ponctuer ses efforts de punition corporelle.

Après avoir finalement sorti son long et épais gode monstre, Spurs me faisait lécher toute ma saleté coprophile du phallus, puis elle se déshabillait et se mettait à se masturber le clitoris devant moi.

“Tu aimes ça, n’est-ce pas, Morehead ? C’est dur pour toi d’être enfermée dans cette cage et de ne pas pouvoir toucher mon joli vaj rasé humide, n’est-ce pas….tu pleures ?

Pauvre bébé, à genoux et nu à genoux, suppliant qu’on te laisse sortir de cette petite serrure…et je ne te laisserai probablement même pas sortir pour te branler….

Tu m’as payé, je t’ai taquiné, et maintenant tu vas probablement rentrer chez toi après avoir hué comme une petite salope.

J’ai d’autres garçons chastes qui se retrouvent dans des situations où je les enferme, et les filles s’énervent parce qu’elles s’embrassent avec mes gars…

Et il n’arrive pas à lui faire enlever son pantalon parce qu’il n’a pas pu lui montrer comment je l’avais enfermé !

Je sais que ce n’est pas un problème pour toi, tu es un petit mâle bêta potelé, bien à la maison, avec des verres de coke-bottle, et tu restes assis à la maison pendant tes nuits libres, probablement à regarder du porno et à taper sur ton tube de chastity, tout seul, triste.

Parce que qui voudrait te baiser, être à la maison et relativement pauvre, c’est une combinaison merdique, n’est-ce pas ?

Tu veux récupérer ta clé, bébé ? Non, bien sûr que non….Je t’ai complètement hypnotisé pour cette vie, je suppose.”

C’est intéressant, cependant, je ne suis pas vraiment un mâle Alpha, mais j’ai eu quelques jolies filles dans ma vie, dont la plupart m’ont convaincu d’être dominantes.

Mon ex-femme Nadine gardait un grand pot de mayonnaise vide rempli de clés sur son manteau, qui ressemblaient toutes à la clé de ma ceinture de chasteté (Oui, je l’ai depuis longtemps).

J’avais le droit de prendre une clé par jour dans le pot si j’étais “bon” (les définitions de “bon” changeaient régulièrement) et dans ce pot massif, seulement trois des quelque deux cents clés s’ouvraient réellement.

Quand je m’ouvrais la ceinture, Nadine me menottait les mains derrière le dos et me disait que mon épreuve n’était toujours pas terminée. Elle me frottait la bite avec ses longs ongles et me disait comment je pouvais m’améliorer en tant que mari.

Nadine avait une façon géniale de faire ça, le massage pénien.

En général, mon ex-femme me faisait asseoir sur une chaise inconfortable et me regardait dans son décolleté séduisant…. Nadine portait des gilets de cuir et peu d’autres vêtements en haut pour que je puisse simplement regarder dans cette encolure rose plongeante.

Mon désespoir pendant ce temps serait intense, et bien sûr, j’avais passé tellement de temps loin des mains douces et jolies de ma femme, dans cet horrible tube. Ses massages m’ont transformé en gelée.

Après le massage, j’avais éjaculé dans ses doigts agiles….

Nadine m’a laissé nettoyer ses doigts avec ma langue, puis elle a remis la clé “de travail” dans le pot et l’a jonglée pour que mes chances de la retrouver soient minces.

Avec les dessins quotidiens et la décision de Nadine de me laisser jouir ou non après ma découverte de la bonne clé, j’ai eu environ cinq sorties par an….pendant douze ans de mariage !

J’avais rencontré Nadine lors d’une rafle de Thomas Circle Razor-Wire Roundup, et c’était un munch BDSM pour tous les gens en cuir du comté.

Elle pouvait percevoir ma soumission et mon enchantement pour sa beauté italo-américaine… et elle était déjà très expérimentée dans la distribution de la douleur et (un peu) du plaisir.

A cette époque, j’avais parcouru le monde et rencontré beaucoup d’hommes et de femmes dominants, et j’avais trouvé une bonne sinécure aux Etats-Unis.

Oui, ici à Thomas Circle, et j’ai senti qu’une vie avec Nadine, une épouse dominante, serait la façon de vivre ma vie….

Nadine était régulière avec le fouet et la canne, et m’a fait apprendre et évoluer comme un homme soumis.

Mais Nadine s’est enfuie avec une autre femme si tu peux le croire, et j’ai été perdue le plus longtemps avant de me lancer avec Spurs.

Quand j’ai enfin trouvé Spurs, je pouvais à peine me permettre de la voir. A 600 dollars la séance, ce n’était pas très fréquent.

J’avais des prêts étudiants, une pension alimentaire et une pension alimentaire pour enfants (Nadine m’avait incitée à adopter ses morveux, qui fréquentaient des pensionnats coûteux) et d’autres dépenses qui ont surgi.

J’ai passé beaucoup de temps assis dans la maison, agitant ma cage avec découragement et comptant les jours et mes économies jusqu’à ce que je puisse voir ma petite déesse Spurs à nouveau.

C’était particulièrement difficile si les Spurs avaient décidé que je ne méritais pas d’avoir un orgasme. Elle me déverrouillait encore et m’attachait en me nettoyant l’entrejambe en sueur avec de l’hamamélis et du savon… et parfois en me taquinant, juste un petit peu !

Et ses commentaires pourraient être si méchants !

“Votre petite limace est inactive depuis longtemps, n’est-ce pas, Morehead ?”

“Oui, Maîtresse Spurs. Je suis si excitée et…”

“Tais-toi ou j’utilise mon talon de botte pour transformer ton scrotum en pudding, sale petit sociopathe.”

Elle a exprimé sa dissidence, les éperons l’ont fait !

Parfois, les Spurs décidaient que je pouvais jouir, mais dans des conditions difficiles.

Sécuriser ma main droite (ma main dominante) derrière mon dos et me faire juste frotter ma bite avec ma gauche, maladroitement, jusqu’à ce qu’une minuterie se soit déclenchée était une de ses préférées.

Parce que, bien sûr, quand ta bite est fermée depuis longtemps, il faut un peu de stimuli pour la remettre en marche.

D’autres fois, les Spurs verrouillaient les deux mains derrière mon dos et me faisaient juste frotter ma bite contre le sol.

Et j’étais tellement en colère et en pleurs parfois quand je n’ai pas éjaculé à temps et que j’étais de nouveau enfermé….

Je me donnais des coups de pied dans les jambes pendant les crises de colère pendant que je me refermais, et à l’occasion, les Spurs s’ennuyaient, et elle m’amenait le sjambok dans le cul nu pour m’apprendre un peu de respect.

Bien sûr, j’aurais pu me procurer des coupe-boulons et retirer l’appareil, ou même simplement dire à Spurs que je voulais une autre entente, mais il y avait une partie têtue en moi qui voulait travailler dans son système.

Il n’est pas clair comment j’ai rencontré Caylin, l’ancienne sœur de la sororité de Spurs, mais quand Cay a déménagé à Thomas Circle, Spurs m’a demandé si je pouvais aider Cay à trouver une place.

J’ai plusieurs immeubles de placement, et vous pouvez deviner le reste. Cay est adorable aussi (les sororités semblent faire venir les filles les plus chaudes, vous ne savez pas ?) et elle était très heureuse que je puisse lui offrir un appartement à un prix raisonnable.

Quand Spurs a quitté Thomas Circle pour s’installer sur la côte Ouest, elle a donné à Cay les clés de ma ceinture de chasteté, ce qui l’a placé dans une position de négociation encore meilleure pour une vie confortable.

Quand Spurs est revenue en juin dernier pour être la demoiselle d’honneur de Caylin à notre mariage, elle m’a fait un grand clin d’oeil….

Je crois qu’elle nous a donné le sjambok en cadeau.

Leave a comment